Amiens : le choix des cibles

Nous nous permettons ici une petite et inhabituelle virée au-delà des murs délimitant la « banlieue parisienne » pour aller jeter un œil, pas très loin, sur un aspect de la conflictualité sociale amiénoise. Il serait en effet bien dommage de se priver bêtement de quelques faits riches en inspiration et en audace.

On commence donc par revenir un peu en arrière, mi-décembre pour être précis, à la prison d’Amiens. Un dimanche soir, un gros tas de matons (une vingtaine) s’apprête à pointer le nez dehors, leurs heures de travail devant être terminées. Tout à coup, c’est une volée de balles de gros calibre, probablement tirée avec un fusil à pompe, qui vient frapper la vitre blindée du poste de garde de l’entrée. Il s’en faut de peu pour que les geôliers ne se transforment en passoires, ce qui aurait été du plus bel effet, et le(s) tireur(s) s’en sort(ent) sans être interpellé(s). Aussitôt après, l’ensemble des syndicats de gardiens de prison condamnent l’attaque, en précisant au passage quelques faits intéressants : plusieurs semaines auparavant, une matonne s’était faite agresser à l’extérieur de la prison, puis sa voiture avait été incendiée, alors qu’elle était garée sur le parking situé au pied de la taule. Un autre gardien avait subi des menaces à l’extérieur des murs, venant de proches de détenus. Ces représailles faisaient suite à un changement de directeur à la prison d’Amiens, accompagné d’un resserrage de vis au niveau disciplinaire, et on peut dire qu’elles ont la pertinence du bon vieux dicton : œil pour œil.

Plus récemment, le 19 février, c’est une voiture de la police municipale qui est partie en fumée en plein dimanche après-midi dans le quartier d’Amiens-Nord, embrasant par ailleurs un break mitoyen. Les flics avaient laissé leur voiture sans surveillance pour aller patrouiller sur le marché d’à côté. Ni une ni deux, une quinzaine d’inconnus masqués boutent le feu à l’infâme véhicule, avant de chasser les flics à coup de pierres. Ces derniers ont du faire appel à des renforts, mais les joyeux incendiaires ont pu prendre la poudre d’escampette avant que la cavalerie lourde n’arrive. Les caméras de vidéo-surveillance avaient été détruites au préalable et des lampadaires avaient été mis hors d’état de fonctionner place du Colvert et square Gauguin.
En bref, un bien beau tableau, certainement loin d’être exhaustif…

[in italiano]

This entry was posted in General and tagged . Bookmark the permalink.