Frapper là où ça fait mal

sncf

Au petit matin du mercredi 23 juillet, un incendie s’est déclenché dans une installation de la SNCF (un poste d’aiguillage), à Vitry-sur-Seine (94). Pas si étonnant que ça : si on lit les faits divers sur les torchons locaux on trouve souvent des épisodes de ce genre. Accident technique, manque d’attention de la part du personnel, chaleur (?)… Ou bien malveillance. L’acte de quelqu’un qui voulait peut-être juste s’amuser, ou bien qui voulait peut-être défouler sa juste rage contre un rouage de ce monde – et pas des moindres, dans ce cas précis ! Donc, un acte fait « à chaud », sans beaucoup de préméditation, peut-être sans trop se demander ce qu’était ce bâtiment ? Où bien l’alternative qui pourrait le plus inquiéter la SNCF et les flics : celui ou celle qui tenait le briquet savait très bien de quoi il s’agissait et connaissait les possibles conséquences ?

Enfin, tout ce qu’on sait sur cet incendie et son origine nous est dit par les journaux – donc les flics. Et, bien sûr, ils n’aiment pas du tout que quelqu’un s’intéresse trop à leurs affaires.
Parce qu’un poste d’aiguillage, c’est une cabine où il y a les dispositifs qui règlent la circulation sur un secteur du chemin de fer. La remise en sécurité du poste de Vitry a nécessité l’interruption de l’électricité sur les caténaires d’alimentation aussi. Tous les trains et RER au départ ou à l’arrivée de Gare d’Austerlitz (qui est directement en amont de Vitry) ont donc été supprimés mercredi 23 et pendant une partie du jeudi 24.
À Ville d’Avray (92), fin février 2013, un fait similaire avait été encore plus « efficace » (bien que sur une ligne moins importante). Là aussi, un incendie (accidentel, si on veut croire la SNCF) avait détruit « les installations électriques et informatiques commandant les feux de signalisation, les aiguillages et les systèmes de sécurité » [Le Parisien]. Pendant plusieurs semaines aucun train n’a circulé sur la ligne U et une partie de la L du Transilien.
Mais il n’y pas que les postes d’aiguillage… De gros problèmes de circulation, notamment des TGV, sont survenus dans la région de Chambéry, début mars 2012. À différents endroits (en pleine nature), des câbles longeant les rails avaient été brûlés (ce sabotage avait été effectué en solidarité avec des opposants à une nouvelle ligne TGV emprisonnés en Italie). Qui a bonne mémoire se souviendra aussi de la pagaille qu’il y a eu à Gare du Nord suite à un « petit feu » dans le boîtier d’une installation de signalisation début mai 2008. Pendant quelques heures, environ 300 trains, des RER jusqu’aux TGV à destination de l’Europe du Nord, avaient été bloqués.

Ce qui pourrait être intéressant de retenir de ces petits faits divers, c’est que toute structure matérielle – le réseau du chemin de fer, par exemple – a des points faibles. Le même type d’événement (un accident, un sabotage) peut produire des séquelles plus ou moins importantes, selon l’endroit où il se produit. Tout réseau présente des points précis, des nœuds, qui, mis hors services, pourraient engendrer de grosses conséquences sur l’ensemble, peut-être (pourquoi pas ?) jusqu’à atteindre une espèce d’« effet domino ».
Les réseaux qui font marcher ce monde (ceux qui transportent des personnes, des marchandises, de l’énergie, des informations…) s’étendent un peu partout sous nos pieds, sur nos têtes, à côté de chez nous, dans plein de boîtiers à tous les coins de rue, souvent loin des yeux indiscrets des flics et des caméras.

À toutes celles et ceux qui savent regarder…

This entry was posted in General and tagged . Bookmark the permalink.